Rencontre avec un enseignant #1

Dans le cadre du concours « Bookin’ avec nous », nous publions des retours des encadrants sur la manière dont s’organise la conduite du projet en classe. Nous avons pu échanger avec un professeur de français du collège Garcia Lorca de La Plaine Saint-Denis, qui participe au concours avec ses élèves de troisième.


Pour commencer, nous nous demandions quelles avaient été les réactions des élèves au lancement du projet en classe ?
Quand je leur ai parlé du concours, ça a été l’effervescence. Le concept leur a plu, ils avaient tous beaucoup d’idées et d’envies, sur des thèmes très divers leur évoquant la thématique de la liberté.

Comment avez-vous abordé le concours en classe ?
On a commencé par écrire le thème, « liberté », au tableau, et par lui associer librement des mots et des idées, ce qui a donné des résultats très riches, beaucoup d’images, des interrogations sur le sens profond du terme.
Pour la séance suivante, je leur ai demandé de travailler individuellement ou en petits groupes sur la base des idées qu’ils avaient eu en cours, ils pouvaient partir dans la direction qu’ils souhaitaient : trouver et construire ensemble une définition de la liberté, faire une recherche d’images qui illustrent leur vision de la thématique. J’ai recueilli certains travaux assez aboutis, comme un très beau dessin sur l’Afghanistan et d’autres qui demandent à être poussés davantage.
Nous avons, ensuite, sur la base de leurs recherches et ébauches d’écrits, travaillé en salle informatique. Cette fois-ci, ils étaient par petits groupes, ceux constitués en vue du concours.

Utilisez-vous des outils collaboratifs pour travailler sur le concours ?
Nous travaillons essentiellement sur Libre Office et comptons tester si nous en avons le temps  certains outils collaboratifs de la boîte à outils par la suite.

Comment vous organisez-vous avec vos élèves ?
Je préfère m’organiser en demi-groupes. Il s’agit de pouvoir à la fois les faire avancer ensemble sur le projet – confronter leurs idées, s’inspirer mutuellement, s’entraider, les aiguiller sur les recherches d’images – et pouvoir répondre à leurs demandes spécifiques sur les points bloquants, notamment techniques, car il y en a en numérique !
Les prochaines étapes pour nous : les aiguiller sur un vrai travail de fiction, et désambigüiser les termes (entre liberté et justice par exemple) pour qu’ils puissent commencer à travailler sur le fond de leurs futures nouvelles.

image_itw_Katia_2

Avez-vous des idées pour les aider à avancer dans la création de leur œuvre ?
En cette rentrée, je compte leur faire une présentation détaillée du droit d’auteur, dans un premier temps, pour bien leur exposer les enjeux qui sont à l’œuvre dans la création numérique. Ensuite, pour les aider à développer leurs sujets plus avant, ou pour donner des idées à ceux qui seraient en panne d’inspiration, je pense projeter au tableau des images évoquant la liberté, glanées sur le net (et naturellement réutilisables !).

Par exemple, en quoi l’image d’une chaîne brisée évoquerait-elle l’image de la liberté ?

Par la suite, je les diviserai en demi-groupes, et, devant les ordinateurs, je les épaulerai directement dans leur travail sur le texte. Je pense même à un travail collaboratif sur le concours en connexion avec d’autres professeurs et d’autres cours, pour que leurs œuvres soient relues par d’autres et ainsi renforcer leur sentiment d’importance sur ce travail.

Merci à vous, bonne chance pour le concours, et rendez-vous dans moins d’un mois pour la mise en ligne des œuvres !

Crédit photo : Marie Godart

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *